Claire Schapira
Claire Schapira

Ce que j'aime

e suis fascinée par les nombres, les énumérations, les dictionnaires, les paradoxes, les mythes, les rites, les organigrammes, les dates, les heures.

J’aime les répétitions générales, les partitions bien noircies, le paroxysme en musique, les chefs d’orchestre véhéments.

J’aime sentir le travail dans une œuvre.

J'aime Camille Claudel, les écrits de Varèse, le mot musique, les concerts qui commencent à 18h30 précises.

Je n’aime pas le snobisme des créations mondiales, les entractes qui ne sont que des rendez-vous d’affaires.

Je déteste la paperasserie, les relations publiques, les transitions en musique.

Je ne supporte pas les enregistrements historiques, mais j’adore Kathleen Ferrier.

J’aime l’Oulipo ; Perec, Calvino, Raymond Roussel, Bosch, Goya, Egon Schiele, Pollock, Ligeti, Xenakis, surtout Jonchaies…

J’aime sentir la générosité de l’artiste derrière son œuvre, et pourtant j’aime Wagner, Debussy, Ibsen.

J’aime les voix et les cordes.

J’aime Berg.

J’aime parler de la souffrance humaine, de la révolte et de la folie dans mon travail.

J’aime les photocopies, les partitions de poches, le papier millimétré, le rotring 3.5, les lames de rasoir, mon bureau sans poussière…

J’aime certains compositeurs et pas d’autres.

J’aime les épinards sans crème, les citrons pressés sans sucre, le travail méthodique, les notations claires, les derniers quatuors de Beethoven.

J’aurais aimé pouvoir téléphoner à Berlioz, écrire à Berg et à Bartok, mourir sur scène en chantant les quatre derniers lieder de Strauss, mener une vie itinérante dans un cirque.

J’aime la mémoire, l’idée de mémoire, la montagne au dessus de 1 500 mètres, l’amité dans le travail.

Biographie

près un séjour pour le moins très bref au Conservatoire National de Paris, j’ai en fait appris en autodidacte mon métier de compositeur, tout en jalonnant ce parcours par divers contacts éphémères avec des personnalités réputées de la musique contemporaine (György Ligeti, Gilbert Amy, Jean-Pierre Guézec, Michel Tabachnik, etc.) avec lesquelles les échanges me furent sans doute profitables.
Bien que n’ayant jamais cessé d’écrire, j’ai mené parallèlement une carrière de claveciniste, stoppée malheureusement par un accident irrémédiable survenu à la main.
Outre quelques bourses, commandes et prix divers (Prix de Rome), j’ai séjourné 2 ans à la Villa Medicis (1976-1978), étape importante dans mon parcours : remise en cause, ouvertures sur d’autres horizons… Bref, tout fut à recommencer.
J’aime par-dessus tout la voix (Chant cousu, Ténèbres, In pace, Acheminement, Hante mes rêves, Le ciel de mes yeux en pleurs, ainsi qu’un opéra La Partition de sable).

Requiem pour la Paix [pour l’an 2000] (Commande de Radio France) a été créé le 06 février 2004 à Paris, Radio France, par la Maîtrise, les Choeurs et l'Orchestre National de France, sous la direction de Fabien Gabel.

Je viens de terminer mon second opéra L'Ombre de Cassandre (6 solistes, chœur et orchestre pour lequel j'ai obtenu une bourse de la Fondation Beaumarchais 2003".

[Claire Schapira ]

 

Compositrice française (née en 1946), Claire Schapira a poursuivi des études de piano, clavecin et composition. Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome, puis stagiaire à l'Ircam, elle obtient en 1985 une bourse du Ministère de la Culture pour écrire l'opéra La Partition de sable. L'ensemble de son travail est principalement consacré au lyrique et parmi ses œuvres principales, citons Trames, Vagues, Ténèbres, Fragments insolites, Le Ciel de mes yeux en pleurs, Acheminement, Mémorial, Requiem pour la paix (commandes de Radio France), Rumeur, Chant cousu, La Chaîne (commandées et crées par l'Ensemble Intercontemporain), plusieurs pièces pour le Festival de la Villa Médicis, Regards (Orchestre national de la RAI), In pace, Interjections II (Festival estival de Paris), Contes (Musica et le Festival de Salzbourg), Hymne à la paix, Antigone, Sans craindre le vertige et le vent, Chants mêlés, Sysiphe, Cassandre, Stabat Mater (avec le soutien de la fondation Beaumarchais), et L'Ombre de Cassandre pour l'opéra.

French composer Claire Schapira (b. 1946) studied piano, harpsichord and composition. She was a resident at the Villa Médicis in Rome and an intern at Ircam, and received a grant from the French Ministry of Culture in 1985 to write an opera, La Partition de sable. The majority of her work is dedicated to the lyrical genre and her principal works include: Trames, Vagues, Ténèbres, Fragments insolites, Le Ciel de mes yeux en pleurs, Acheminement, Mémorial, Requiem pour la paix (commissioned by Radio France); Rumeur, Chant cousu, La Chaîne (commissioned and premiered by the Ensemble Intercontemporain); several works for the Villa Médicis Festival; Regards (National Orchestra of the RAI); In pace, Interjections II (Festival estival de Paris); Contes (Musica and the Salzburg Festival); Hymne à la paix, Antigone, Sans craindre le vertige et le vent, Chants mêlés, Sysiphe, Cassandre, Stabat Mater (with the support of the Beaumarchais Foundation); and L'Ombre de Cassandre for the opera.

Parcours

ès l’âge de 7 ans, Claire Schapira commence des études de piano avec Marguerite Long, puis avec Lucette Descaves, classes de conservatoire de Troyes et de Boulogne Billancourt. Elle étudie ensuite à la Schola Cantorum d'où elle sort avec un diplôme de virtuosité (classe de clavecin avec Huguette Dreyfus) ainsi qu'un diplôme d'électroacoustique (classe de Jean-Etienne Marie) en 1971.

Parallèlement (1958-1963), elle suit des études théâtrales ; classe de Maximilien Decroux (mime) puis classe de Béatrice Dussane (théatre).
A l’âge de 16 ans elle abandonne ses études de théâtre ainsi que le lycée pour se consacrer exclusivement à la musique.

(1976-1978) elle est pensionnaire de la Villa Médicis à Rome (Prix de Rome), puis stagiaire à l'Ircam (1979).
Elle entreprend parallèlement à la composition une activité de claveciniste en concert de musique de chambre et de soliste, jusqu’à l’interruption totale de cette activité à la suite d’un accident intervenu à la main.

Claire Schapira est soutenue au fil des années par des compositeurs tels I. Xenakis, G. Ligeti, G.Amy, Y. Prin, J.-P. Guezec, J.-C. Eloy, B. Jolas et P. Méfano, et des chefs d’orchestre tels C. Bruck, A.Tamayo, O. Maga, B. de Vinogradov, D. My, L. Pfaff, Philippe Gambreling, et dernièrement F. Gabel.

Ses œuvres (principalement lyriques) ont été jouées dans de nombreux festivals, dont notamment : Festival de la Villa Médicis,

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Claire Schapira