Claire Schapira
Claire Schapira

Sculpture

Au commencement il y eut la peinture, brute, incisive, où la matière fut l’élément principal d’une toile qui devint vite une limite aux envies créatrices. Dominer la matière ne laisse qu’une issue déjà connue. En inversant le rapport classique aux matériaux, en passant outre la forme, Claire Schapira va alors au-delà de la matière pour mieux s’en imprégner. C’est dans son cœur qu’il trouvera la solution. Ce qu’a fait Claire Schapira. En choisissant de se confronter à la résine, elle s’est laissée dépasser afin de mieux rentrer dans la matière. Une matière qu’il façonne en volume. Un volume qui le laisse jouer avec les vides. « Sculpter la résine c’est comme tailler dans la masse, sculpturale, afin de trouver un équilibre entre le plein et le vide, suivant ainsi les principes d’Henri Moore. Mais l’équilibre est fragile, le vide mouvant et sans cesse remis en cause. D’ailleurs déjà la forme a repris le dessus, dominée par un jeu où la géométrie du quotidien s’approprie les fondations d’un corps en mouvement. On le sait, « c’est le surprenant, l’inattendu qui fait progresser. Un cheminement artistique n’est ni planifiable ni prévisible, mais il témoigne d’une certaine nécessité, d’une logique » La logique du moi, la logique de la souffrance. Claire Schapira aime le toucher, les mains dans une vertigineuse ascension créatrice Chaque atermoiement fait progresser un artiste qui évolue à son rythme, plongeant de plus en plus profondément dans un moi en évolution permanente. Si l’artiste progresse, c’est parce que l’homme change. En se laissant gagner par son humanité, Claire Schapira a franchi un cap. Ses questionnements ont gagné en justesse, la maturité de son œuvre ne saurait tarder.

 

Les Sculptures de Claire Schapira sont un heureux mélange d'une tendance très moderne n’excluant pas l'élégance lyrique.

La puissante présence sensuelle de l'œuvre est un exemple de l’approche par l'artiste de son thème favori : « la souffrance de l’opprimé »
Les mains, en particulier, sont modérément stylisées en unités géométriques, en formes courbes tubulaires qui se déplacent comme dans un ballet tragique.

Les œuvres de Claire Schapira sont un appel évident au sens de toucher, équilibre des formes sinueuses des doigts, élasticité qui nie la pesanteur.

Ses œuvres offrent autant de points de vision qu’il y a de points dans l’espace qui l'entoure, une évasion aux confins d’une étonnante et voluptueuse féminité.

Par le souffle de son inspiration, Claire Schapira donne la Vie sur un sujet comme la mort

Les chemins de la création vont du rêve à la matérialité, et mieux que toute autre, Claire Schapira a su trouver la route.

Dans sa grâce et ses courbes elle nous propose, ou plutôt nous offre ses volumes, tantôt arrondis, tantôt anguleux, mais toujours avec le même souci d'esthétique et de rigueur.

La réalisation épurée et fluide dynamise l'élan et le geste, témoignant d’un talent particulier et c'est au plus haut niveau que l’artiste a su nous guider sans jamais transiger avec cette exigence de beauté.

C’est aussi  parce qu’il ne singularise  pas ses sculptures qu’elles relèvent de quelque chose d’universel qui aurait le nom d’Humanité ; dans ses zones d’ombre et de  lumière. On retrouve à les regarder un univers où la violence des rapports marque les corps et où les êtres sont aussi les figures solitaires de la mélancolie. L’humanité de ces géants porte en elle la menace latente d’une inhumanité monumentale.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Claire Schapira